Une histoile salée

par Anne Antomarchi  -  18 Mai 2006, 02:58  -  #Voyages- Art et Société.

Le sel est aujourd'hui une denrée si peu coûteuse qu'il semble farfelu qu'il soit à l'origine du mot salaire...
Pourtant, tant en Éthiopie qu'au Tibet, des tablettes de sel ont déjà servies de monnaie et, dans la Rome antique, le condiment était si luxueux qu'il servait à récompenser les soldats. Coup d'oeil sur des habitats où s'amoncelle l'or blanc, celui là même qui fut un jour l'un des catalyseurs de la Révolution française.


 Par Anne Antomarchi

Au coeur du désert tunisien Chott El-Jérid - Pays des Palmes- un lac aussi vaste que le Kansas n'offre malgré son nom, aucune verdure. Le nom «chott » qui veut dire aussi pâturage salé a été attribué, par extension à tout l'ensemble du bassin. Ce matin là en quittant Tozeur, l'air était transparent et pur comme aux premiers jours du monde.


Pas un bruit. Aussi loin que porte le regard, rien ne vient rompre cette extraordinaire palette aquarelle délicatement dessinée. Nous sommes au coeur du désert tunisien, là où se trouve un lac croûté de sel aussi vaste que le Kansas : le chott el-Djérid. Fragile, et mouvant le lac salé est traversé par une seule route qui relie Tozeur à Kébili; une sorte de cordon lunaire qui s'allonge, coupant en deux cette plaine s'étendant sur 250 km de large. Au creux d'une ondulation, en contact avec la chaîne de montagne Saharienne, on se trouve face à une dépression creusée par l'eau et le vent, puis creusée à nouveau par la déflation éolienne; les vents turbulents intervenant sur la surface asséchée par évaporation, balayent certains éléments comme les argiles floculées* par les sels.
Une érosion commencée au quaternaire, soit il y a deux millions d'années, avec l'aridification du climat. Aujourd'hui, l'altitude de la dépression varie entre 15 et 20m au-dessous du niveau de la mer. Constituée d'une agglomération de cristaux de sel, la vaste étendue saline est parfaitement plane; à sa surface se dépose le sel, il faut attendre toute une année avant qu'il ne soit récolté. De minuscules dunes de sel frangées de cristaux argent ondulent sur le rivage et, par endroits, la couche salée est si dense qu'on croirait un glacier; des chameaux en croûte de sel se mirent dans de petites nappes d'eau limpide... Même en plein été, on l'impression d'une neige fraîchement tombée. Les jours de grandes chaleurs, des cabanes en palmes séchées, légères, abritent les cueilleurs de sel. De part et d'autres de la route, les petits oueds sont d'interminables miroirs réfléchissants qui s'étirent sans fin dans une perspective éblouissante. À droite de la route, il n'est point de limite entre la terre et le ciel où seules, pointent à l'horizon, uniques repères pour l'oeil, une minuscule barque, une maison immaculée; à gauche, la très forte réverbération du rayonnement solaire est responsable du phénomène des mirages; il n'est pas rare que le voyageur, à midi, croit apercevoir une palmeraie toute proche ou encore une nappe d'eau claire.


A contrario, certains soirs sur le chott, le sel, se teinte de rose comme la neige au sommet des montagnes. Le chott, c'est le dépaysement total. Le sol, couvert d'une couche salée reposant elle-même sur des sédiments engorgés d'eau salée, est complètement stérile. Aucune végétation ne peut y vivre. C'est un véritable désert: il n'y a rien, ni animaux, ni moustiques, ni oiseaux, ni pollen, ni poussière. Il y a le silence, le sel et le calme. Impressionnant. Pourtant, dans cet espace de néant, respirer cet air saturé en sel presque sans microbes se révèle efficace contre l'Asthme, et les maladies pulmonaires; Y tremper son corps guérit les rhumatismes. Même les meilleurs Spas ne peuvent nous offrir ça!

Le sel de la terre
Aux États-Unis. Au nord de l'Utah, juchée à 1280 mètres d'altitude, se trouve une étendue d'eau douce privée de toute influence océanique par les montagnes Rocheuses : le grand Lac Salé.
Il s'agit du vestige d'un immense lac qui a couvert, il y a des milliers d'années, l'Utah presque au complet ainsi qu'une partie d'autres États américains.
Selon la quantité des précipitations, son niveau peut varier de plusieurs mètres et son étendue passer du simple au double. ( de 2500 Km2 à 5800 Km2). Son degré de salinité, lui, peut atteindre jusqu'à huit fois celui de la mer. Trop saline pour les poissons, une espèce de crevettes y vit toutefois, et de nombreux oiseaux y trouvent refuge. En Chine : Presque aussi grand que le Lac Salé, le lac Qinghai-qui s'étend sur 4300 Km2 à une altitude de 3200 mètres-s'est ajouté à la liste Ramsar des marécages d'importance internationale en 1992 : pourtant, on sort inquiète. Au cours des 30 dernières années, son niveau a baissé de 3,7 mètres,son étendue a rétréci de 312 Km2 et son pH serait à 46% plus élevé que celui de l'eau de mer, ce qui représente une augmentation de 28%. C'est une histoire à suivre...
En Bolivie : Situé sur les hauts plateaux du sud -ouest de la Bolivie, le Salar de Uyuni est le vestige d'un lac d'eau de mer asséché devenu désert de sel. Perché à 3700 mètres d'altitude, sa superficie de 12500 Km2 en fait le plus vaste désert de sel sur la planète. Sa formation remonterait à 40.000 ans. Le gisement, estimé à 10 milliards de tonnes, produit annuellement 25 000 tonnes d'or blanc et représente un tiers des réserves de lithium sur terre. Dans ce désert salé subsistent une île de corail couverte de cactus et une lagune où, en novembre, les flamants roses abondent.
En Australie : Généralement asséché, le lac Eyre, situé au milieu de la zone désertique du centre de l'île, est le plus grand lac salé d'Australie. Il faut compter sur des pluies diluviennes pour qu'il se remplisse, ce qui se produit une fois tous les 30 ans!
Au Sénégal : Le lac Retba, plutôt connu sous l'appellation lac Rose, est un lagon peu profond de 3Km2, situé sur la presqu'île du Cap-Vert, à 35 Km au nord-est de Dakar. L'eau y est particulièrement salée (380 grammes par litres!). Le lac rose fait courir les touristes du monde entier par la seule teinte originale et changeante de son eau due à une cyanobactérie. Il s'agit d'un organisme microscopique qui fabrique un pigment rouge pour résister à la concentration de sel. En Tunisie : Les chotts du sud tunisien sont alternativement submergés et asséchés pour se recouvrir d'efflorescences salines, Ce ne sont donc pas de véritables lacs, mais des nappes d'eau temporaires qui n'atteignent guère plus de 20 à 30 centimètres de profondeur en moyenne.


Le coin des savants.
*Floculé. Jusqu'à ce que ça fasse des flocons.
*Quartenaire : environ 2 millions d'années.
Les marais salants : des bassins de faible profondeur, dans lesquels est récolté le sel, obtenu par évaporation de l'eau de mer, sous l'action combinée du soleil et du vent; l'activité se nomme saliculture.
*Aridification : La désertification concerne les régions arides, semi-arides, tropicales sub-humides où existe une saison sèche prolongée et se traduit par une dégradation des sols qui deviennent impropres à toute production végétale où à l'élevage même extensif. Le sel de Chott El Djérid sert à l'adoucissement des eaux.

Histoire L'étymologie : les mots sel et salaire (latin salarium, somme donnée aux soldats pour l'achat du sel. Si trop de sel tue tout ce qui vit, que serait la vie sans sel? Il est étroitement lié à l'histoire de l'humanité. C'était le moyen de conserver viandes et poissons et de survivre aux famines. Il est lié à l'économie d'un pays; l'objet d'un commerce structuré, parfois sur de grandes distances,utilisé comme moyen d'échange, notamment en Chine. Pendant la révolution industrielle le sel connaît une expansion considérable dans les industries chimiques, pour le déneigement des routes, pour l'adoucissement des eaux.
Le sel entre dans la composition des objets quotidiens-comme la fabrication d'une voiture, d'un tube de rouge à lèvres, et même dans des agents propulsant des fusées. Le sel de table, composé de chlorure de sodium est le principal produit dissout dans l'eau de mer; on l'appelle sel marin. Il se présente sous différentes formes : sel fin, gros sel, fleur de sel. Au Québec on trouve la fleur de sel de Guérande. Il est extrait de la mer. Celui de Salins est aussi célèbre. (France)
Reportage parut en mai 2006 dans le  magazine Plaisirs de Vivre
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

REBILLARD 13/03/2008 19:20

Histoire d'eau salée, reportage superbe, il y a tant de chose que l'on ne sait pas et surtout dont on ne se doute même pas, d'autres que l'on sait et que l'on oublie ... j'ai eu le bonheur de visiter  Guérande et ses marais salants à plusieurs reprises (je ne me lasse pas de cet endroit),  ainsi que ceux d'Aveiro au Portugal, Avec ton reportage je sentais le sel et le vent ... impressonnant. merci pour ces images et ces commentaires.Marie

Sophie 14/07/2006 06:23

Bravo Anne!Quel beau site! Voilà plus d'une heure que je le parcours.. Ça donne envie de voyager. J'y retournerai certainement car j'ai des choses à apprendre sur les pays que tu as visités. Merci!Sophie

selim 01/06/2006 23:41

Bravo !
Pour le blog qui est trés convivial et le contenu des articles qui est trés pertinent et bien rédiger.....Tu nous fais rêver.

Anne Antomarchi 01/06/2006 20:55

Bonjour Marthe
Merci pour ton commentaire, oui, pour en donner des extraits en dictée aux adolescents.

Marthe Lacasse 01/06/2006 17:41

Quel site fantastique!
Que dire des textes: un régal à lire, et une source inestimable, riche en vocabulaire, en figures de style et en métaphores.
J'ai le goût d'en faire lire à mes élèves! Ai-je l'autorisation d'en donner des extraits en dictée? Quelle belle Invitation au voyage pour mes adolescents!
Marthe