Barranca Del Cobre, 360e de vertige!

par Anne Antomarchi  -  23 Mai 2006, 00:40  -  #Voyages- Art et Société.

Au coeur de la légendaire Sierra Madre, Barranca del Cobre, une série canyons dont les sommets avoisinent les 3.000 mètres, cache d'étonnantes formations rocheuses, des cascades spectaculaires, des lacs paisibles, visibles depuis le vertigineux chemin de fer qui serpente de Chihuahua à Los Mochis. Départ pour l'aventure!


Par Anne Antomarchi


Divisadéro station : Les escaliers de la gare mènent à la place ceinturée d'une  simple clôture en bois,
à perte de vue, un véritable océan de montagnes.

La découverte de cette nature me laisse sans voix: à nos pieds 360 degrés de vertige!



Jusqu'à l'horizon, une suite de cathédrales de pierres.



de falaises abruptes dressées tels des remparts, des éperons rocheux à la forme étrange,

de fraîches et limpides cascades, de lacs paisibles d'un bleu lumineux.

De plateaux où se distinguent les grottes des Indiens Tarahumaras entourées de pêchers en fleurs,

de vallées tranquilles d'où s'échappent des fumées bleues,

où coulent de paisibles rivières; de torrents silencieux, bouillonnants que l'on devine fougueux.

Au bord du précipice, assis à même le sol, les Tarahumaras tressent des paniers,
tissent des écharpes multicolores.


Certains jouent de la guitare, ou se reposent à l'ombre,


d'autres dansent les chevilles entourées de bracelets d'os.
Les enfants jouent au milieu de vanneries,

d'autres s'approchent du ravin, à l'aise comme s'ils étaient sur un simple trottoir en ville.


Il y a 400 ans, pour éviter les missionnaires, ces indiens se sont réfugiés dans les montagnes.

Ils préfèrent vivre en autarcie dans de petites communautés paysannes;

ils sont un des derniers peuples d'Amérique latine à refuser l'influence de la civilisation occidentale.

Ils sont dispersés dans la sierra, chaque famille possédant plusieurs habitats :
grottes, cabanes de bois ou de pierre, sur les plateaux

ou dans les canyons qu'elle occupe selon la saison. Ils vivent d'élevage, de culture,  d'artisanat.

C'est ici à Divisadero que les trains se croisent :

celui qui monte vers Chihuahua, et celui qui descend vers Los Mochis.


Un arrêt de 20 minutes environ car les touristes viennent admirer ces lieux uniques, ils passent une semaine à l'hôtel Mirador Barranca del Cobre
dressé comme un nid d’aigle sur les falaises.


                             
Une cheminée pour réchauffer les froides soirées d'hiver ou la neige rend les sentiers innaccessibles.
                          

L
e vivoir de l'hôtel Mirador
L'hôtel offre des excursions et la possibilité de partir à cheval sur des sentiers praticables, à la rencontre de grands espaces vierges, au cœur d’une nature grandiose.
Ces excurtions permettent de découvrir des paysages fabuleux, mais aussi de rencontrer, dans leur quotidien, les indiens Tarahumaras dont c’est le territoire traditionnel.


Je vous donne rendez-vous pour la suite dans quelques jours... Anne