Essaouira, la Belle Mogador, ou l'invitation au voyage.

par Anne Antomarchi  -  21 Mai 2005, 07:29  -  #Voyages- Art et Société.

Essaouira, ville cosmopolite dès sa naissance, est une des rares cités au monde dont l'urbanisme a été pensé avant sa construction.
Tout comme Saint Petersbourg, elle doit sa beauté au tracé classique de ses fortifications, et à son site exceptionnel
.

Anne Antomarchi

À mi-chemin entre Marrakech et Agadir, Essaouira fait partie du royaume du Maroc. Au XVI ème siècle les Portugais séduits par la situation stratégique construisent une place forte, le Castello Real et nommèrent la ville Mogadoura; ensuite les Espagnols lui donnèrent le nom de Mogador.
Au XVIIIe, Théodore Cornut influencé par l'architecte Vauban, le Maître de l'architecture militaire, à qui l'on doit les remparts de Saint Malo, dessine les plans du port, et celui de la kasbah d'Essaouira. Il réalise une merveille, la  nouvelle ville, aux avenues rectilignes entourées de fortifications devient Essaouira, «la bien dessinée».
Malgré le classicisme de ses plans, Essaouira dégage un charme fou, elle étonne par sa beauté.
Après l'indépendance du Maroc en 1952, elle garda, officiellement, le nom d'Essaouira.


Essaouira, aujourd'hui.
De vaporeux nuages noirs flottent au-dessus de  la forteresse, se déchirent et laissent filtrer une lumière irréelle sur le port tout entier et  l'écume des vagues  d'un  Océan vert.
Sous n'importe quels cieux, la cité séduit; en ce jour du mois d'avril, soudain le ciel s'est assombri et de fortes bourrasques de pluie inondent tout sur leur passage. Depuis  la Squala de la Kasbah, la vue est éblouissante.



















Dans le port, attachées, serrées les unes aux autres, des centaines de longues barques bleues, amarrées aux quais, dansent, légères. Des filets délavés par le soleil et les embruns, roulés en boule attendent que l'orage passe.




Les coques de plusieurs embarcations, en cale sèche, comme animées par le pinceau d'un peintre se détachent en surimpression dans le ciel.


Sans répit, les mouettes vont et viennent, surprennent par leurs cris. Elles sont des milliers à voler dans le ciel; leurs ailes déployées remplissent l'espace, dessinent un ballet dans les airs quelque peu étrange, voire inquiétant, rasent la crête blanche des vagues en quête de pitance.

Certaines, tout à fait immobiles, posent pour un artiste imaginaire, sur la coque bleue d'une barque renversée.. Les oiseaux sont présents sur chaque photo. Défiant les lois de la perspective, elles sont immenses devant le sommet du minaret.
Il est facile de comprendre à quel point les plus grands artistes peintres ont vécu ici : une lumière exceptionnelle enveloppe Essaouira. Nicolas de Staël, Matisse et tant d'autres furent séduits. De toute part, la poésie transpire.

Après la pluie
Les quais du Port de la Marine grouillent d'une vie intense, ils offrent une atmosphère fébrile, pittoresque et familière. Les sardiniers, déchirant la brume vaporeuse accostent; les chalutiers dégagent une odeur de saumure et d'écaille qui attirent les goélands et les mouettes; indifférents aux attaques incessantes des oiseaux, les pêcheurs trient leurs butins, certains réparent leurs filets bleus ou rouges pendant que d'autres préparent à nouveau leurs appâts, accrochant des sardines aux hameçons. Sous le ciel capricieux, du vent, de la pluie...
.... et voilà que les rues s'éclairent de miroirs transparents.



Les auvents blancs cernés de bleu claquent sous la force du vent; à l’abri derrière leurs étals, les poissonniers, souriants sous leurs capuches, offrent ce qu’il y a de meilleur : poissons, fruits de mer, anguilles, crustacés et sardines n’attendent que d’être grillé sur place sur de petits BBQ improvisés… on hume l’air marin et la fraîcheur absolue des produits « il n’y a pas loin de la mer au grill» déguster sur place, en plein air, debout face à l’océan, malgré le vent et la pluie, est un véritable plaisir, car cinq minutes plus tard, on est gratifié de la plus belle lumière qui soit.

Chaque matin, un véritable spectacle se déroule sur le port : sardines et crustacés sont vendus à la criée. À ne pas manquer!

La promenade continue plus loin, avec la rue qui débouche sur la place Prince-Moulay-El-Hassan.
Les sympathiques cafés terrasses, retiennent les passants...on se donne l'accolade, on transmet les nouvelles, ici respire l'atmosphère d'un village où chacun se connaît.
Ensuite on s'enfonce doucement dans les souks. À droite la rue principale avec des échoppes bien rangées. Dans de minuscules ateliers, on peut admirer avec quelle dextérité on manie le chalumeau pour assembler deux morceaux de fer forgé; un jeune artisan crée des supports de lampes qui feront le bonheur des touristes. Tout au long de la grande rue marchande bordée d'arcades, viennent se loger de nombreux commerces : marchands de tissus, grossistes en denrées alimentaires, bouchers, marchands de légumes
De chaque côté de cette artère, découvrez les petits marchés intérieurs : Le souk aux légumes et aux épices. La Joutia, chaque jour à 17 heures, le marché aux puces où l'on peut assister à la vente aux enchères, est un moment haut en couleur!
Enfin le souk des bijoutiers, et ses invitantes petites boutiques : les bijoux en or ou en argent émaillé sont de toute beauté. Coup de coeur pour une longue djellaba en coton bleu brillant, à l'encolure brodée de jaune. J'ai eu le coup de foudre pour les colliers en argent ciselés avec des pierres de cornaline serties.
Bien sûr la négociation est de rigueur. C'est une façon d'entrer en relation. Lorsque l'on veut acquérir un objet, un bijoux ou un vêtement de bonne qualité, il faut avoir un certain laps de temps à sa disposition; on ne peut pas bousculer le marchand en disant que l'on est pressé, et demander un rabais de 50 % par exemple, non ce n'est pas possible... le marchand veut discuter et vous connaître un peu... accepter une tasse de thé est un bon moyen pour détendre l'atmosphère... si vous acceptez cette tradition, vous passerez un moment que vous n'oublierez pas de sitôt!
Sous les remparts de la Forteresse se trouvent les ateliers d'ébénisterie, ces artistes réputés créent de petits meubles, des tables en bois de Thuya odorant. Cet arbre très veiné et aromatique ne pousse que sur la bande côtière atlantique d'Essaouira. Utilisé en sculpture, son bois sert aussi à fabriquer des échiquiers, des tables marquetées et des jeux de Backgammon.  Des travaux de renommée internationale

Si le Paradis existait, il se nommerait "Dar Mimosa".
Serti dans le velours d,un immense parc de plusieurs hectares, dans un écrin de verdure et de fleurs, Dar Mimosas dégage le charme singulier d'une maison authentique, empreinte d'une certaine nostalgie.
Quelques pas sous le porche et me voici, au sein même de cette nature exotique, éblouissante... Baudelaire aurait pu dire : « Mon amie, ma soeur songe à la douceur daller là-bas vivre ensemble... ici tout n’est qu’ordre et beauté, luxe calme et volupté»











Des villas avec un jardin privé, des patios intimes où chante une fontaine noyée sous les pétales de roses; une beauté suave se dégage de l’ensemble, et captive.
Sur les murs recouverts de crépis enduis de jaune, d’ocre, ou de bleu profond  claquent des grappes de bougainvilliers, blancs, fuchsias, des plumbagos aériens. Le parc habité par une  collection de fleurs et de plantes a nécessité beaucoup d’attention.

Comme s’urgies dune serre sauvage, on admire mille essences tropicales : des bougainvilliers enlacent les piliers, les camélias et les gardénias distillent leur parfum capiteux, les ibiscus, les lauriers roses ornent les pergolas, les oiseaux de paradis, les fougères géantes qui frémissent au moindre souffle d'air, et autres plantes rares déclinent leurs couleurs brillantes, partout dans les galeries, autour des colonnes, dans les vasques en terre cuite.



Partout des murets avec des vases, cruches, statuettes, milles objets décoratifs et familiers parsèment le chemin qui mène à votre demeure.

Les massifs de marguerites blanches, les arches enrubannées de lianes, de corolles.
À l'ombre des palmiers voyageurs, de romantiques chemins bordés d'ancolies ou fleurs d'amour s'évadent en méandres vers de paisibles petits patios. Plus loin un savant réseau d'allées majestueuses, de frais petits sentiers, de broderies de buis se mirent dans des bassins tranquilles; dans des vasques en pierre blanche remplies d'eau fraîche, viennent s'abreuver des oiseaux multicolores











De charmants escaliers moussus mènent à des charmilles fleuries, de belles de jour, et des oiseaux! Un véritable concerto, de fugues vibrantes, de doux et joyeux triolets, une virtuosité de sons inégalés : roulades, trilles et vocalises pour chaque instant que l'on respire, des soupirs et d'un seul coup le point d'orgue à la nuit close, lorsque la voûte céleste allume ses étoiles dans un final éblouissant. La contemplation de tant de beauté est un parfait antidote au stress!

Philippe Cachet est l'heureux propriétaire de ce domaine; donnons lui la parole :
Dans mon hôtel hameau, exclusif, les chambres sont des suites, et les suites des villas. Étant fils d'agriculteur, j'ai toujours eu un besoin viscéral du contact avec la terre et la nature, ce qui explique cette passion pour les jardins. Toutes les maisons devraient avoir droit à un jardin! J'ai donc commencé à planter le jardin avant le début des travaux une fois les plans terminés.

Impossible de tout nommer : J'ai voulu un décor naturel, qui semble avoir toujours existé, des eucalyptus, jacaranda, pins parasols, cyprès colonnes, différentes variétés de palmier, pruniers du japon au feuillage rouge, pins maritimes, des poivriers que les abeilles adorent butiner lorsqu'ils sont en fleurs des acacias jaunes aux fleurs géantes, des mimosas qui fleurissent énormément mais qui sentent très peu, quelques variétés ramenées de France sont odorantes, mais fleurissent moins, une variété d'arbre du voyageur qui ressemble aux feuilles de bananier en éventail posé sur un tronc qui presque semblable au cocotier, des tamaris blancs, des filaos que l'on trouve beaucoup sur les plages des Bahamas et qui servent de coupe vent, des passiflores ramenés des Antilles. Et puis encore des iris blancs, papyrus, anémones orangées, bambous, roseaux, ficus, quelques plans de vigne qui donne un excellant raisin blanc, hortensias, et des tapis de marguerites qui courent mauves, blanches et roses, une très belle collection de cactées divers aux noms savants qui fleurissent tout l'hiver et qui rendent aussi dingues les abeilles car les fleurs sont complètement disproportionnées par rapport à la taille de la plante, c'est très étonnant. Et il y a encore beaucoup de plantes dont je ne connais pas les noms..........

-Philippe vous êtes né au Maroc?
Oui je suis né à Taroudant, de mère née à Rabat, mon grand père maternel était Directeur de la banque d'Etat du Maroc. Mon père avait une grande plantation d'orangers avec usine de conditionnement à Taroudant.
Nous avons quitté le Maroc en 1974, date à laquelle les Terres agricoles ont été nationalisées par le roi Hassan II.
Etant jeune je n'ai jamais pensé que ma vie se passerait ailleurs que dans ce pays que je considérais comme le mien. Lorsque nous sommes partis, tout comme mes parents j'ai très mal vécu ce départ; mes parents se sont installés aux Antilles, en Guadeloupe, ou j'ai suivi, mais nous étions des exilés. J'ai eu beaucoup de difficultés à m'adapter à ma nouvelle vie. Quelque part au fond de mon coeur je me disais qu'un jour je retournerais au Maroc pour y couler des jours heureux.
-Quand êtes vous retourné la première fois?
 Le retour, s'est fait lors de vacances en 1997 ou j'ai découvert Essaouira, ville, alors en sommeil, pour laquelle j'ai eu un coup de foudre et d'emblée j'ai retrouvé le Maroc que j'avais quitté. Cette propriété à l'abandon depuis douze ans... en très mauvaise condition, avait une âme terrible, je l'ai reconnue comme étant la mienne. L'achat s'est fait en moins de 48 heures!
Le hasard a voulu que mon notaire de Casablanca découvre que les précédents propriétaires décédés depuis longtemps avaient un projet de construction de villas résidentielles. J'ai donc examiné tout cela de près et j'ai décidé,en l'améliorant, de mener à bien ce projet.
-Vous êtes installé ici en permanence?
Oui ce fut un changement de vie totale, départ  définitif des Antilles et réinstallation complète au Maroc. C'était vital.
-Parlez moi de l'origine de cette propriété.

-L'origine première de cette propriété était la maison du garde forestier de Essaouira, par sa position dominante en haut de la dune qui la protégeait du vent, elle offrait une vue  sur le reste du terrain se situant en contrebas.
-Qui a habité cette maison?
Il eu un avocat d'origine allemande, associé au milieu du show business. Il a racheté cet endroit, y a construit la maison principale comme maison de vacances, sans eau ni électricité, et y invitait certains de ces clients célèbres comme Marlène Dietrich et Greta Garbo; ils y vivaient sans contraintes en totale liberté. Suite au décès de l'homme, dans les années 84 sans héritiers, explique pourquoi la propriété a été abandonnée pendant douze ans.
On sentait que cet endroit avait connu des heures de gloire. Elle m'attendait.
J'ai racheté une grande partie des objets, meubles et tableaux qui avaient été vendus; ils ont retrouvés leur place.
La construction de l'ensemble a duré 4 ans.
-Comment Dar Mimosas est devenu célèbre?
 En fait j'ignorais tout du métier d'hôtelier?. J?ai attendu les premiers clients, ils sont venus, suite à un article paru dans le Figaro Madame, le magazine a fêté ici  les 20 ans de sa fondation. Le « bouche à oreille « a fonctionné.
-Qui sont vos clients?
... J'ai voulu conserver le mystère de cette demeure en l'enfermant dans de très hauts murs, à l'abri des regards indiscrets, et la porte close afin de conserver cet aspect exclusif. Sont arrivés plusieurs personnalités dont les plus célèbres étant le Roi actuel Mohamed IV et l'impératrice Farah Diba; Sa majesté le Roi m'a encouragé à continuer et à été agréablement surpris par le jardin.
Des comédiens célèbres comme Mel Gibson, Anjelina Joli, Emmanuelle Béart. Récemment Orlando Bloom, sans oublier bien sûr ma plus fidèle cliente, la princesse Théréza de Fuerstenberg.
-Qu'offrez vous de si particulier à vos clients?

Je pense qu'ils trouvent ici, une maison accueillante et chaleureuse, et une discrétion absolue!
Ils se sentent libres, à l'abri des paparazzis et des regards indiscrets, le premier jour, passez le pas de la porte, ils se sentent comme chez eux; ils sont considérés par tout le personnel comme des membres de ma famille, pas comme des clients. Chacun invité a son jardin privé, même quand nous sommes complets, ils ont l'impression d'être seuls. La plus part du temps, le personnel ignore qui ils sont. Croyez le ou non, n'étant pas du tout « jet set », il m'arrive aussi de ne pas savoir exactement qui ils sont! Je crois que c?est apprécié; l'anonymat de ces personnes étant respecté, elles peuvent en toute liberté aller et venir sans danger d?être reconnues?
Pour conclure ils viennent ici pour vivre un moment de détente, dans un jardin de rêve.
-Merci, je vous souhaite plein de bonheur dans votre pays retrouvé!
Lorsque le soir descend, les chandelles vacillent sur les tables dressées sur la terrasse, s'ouvrant sur le jardin splendide à cette heure; les ombres des arcades et des grands arbres étirent leurs formes géantes  pareilles à des fantômes, et glissent furtivement troublant l'ordre des choses; que le silence est doux alors! Que l'air embaume de mille parfums exquis! Libre à vous de crier à la ronde, cette adresse magique, pour ma part je n'en soufflerai mot à âme qui vive...Sauf à vous dans le creux de l'oreille, car vous êtes dans le secret des Dieux.

Aujourd'hui, dans un quotidien d'Essaouira, on peut lire:
«Essaouira fait son cinéma». «De l'autre côté de la baie, à quelques battements d'ailes de mouettes de la Médina, s'élèveront sur 400 hectares, en 2010, vingt-deux nouveaux hôtels, un ensemble de 600 villas et riads, deux golfs de dix-huit trous, soit 400 millions de dollars investis? Bref on veut faire de cette petite ville de 75.000 habitants un nouveau Saint-Tropez, haut de gamme et destiné aux esthètes. « La renaissance de Mogador n'est pas qu'une affaire de gros sous, le projet fera passer de 4.000 à 12.700 le nombre de lits, elle créera dans le secteur du tourisme 18.000 emplois directs ou indirects».
En attendant 2010, la magie d'Essaouira tient essentiellement à sa quiétude, à son aura artistique, à la beauté du site, à la splendide luminosité... Il fait bon vivre à Essaouira. Allez-y maintenant.

Savez-vous que :
-Grâce aux vents puissants venus de l'Atlantique, cette ville côtière est devenue le paradis des surfeurs
-C'est ici, à Essaouira, qu'a été découverte la couleur pourpre. Les Romains tiraient le colorant de deux mollusques, le murex et le purpura, et certaines variétés pouvaient atteindre le prix des métaux précieux.
-Dans les environs proches, on peut voir les chèvres grimper aux arbres : les arganiers. La récolte des fruits donne l'huile d'argan très appréciée en cuisine et pour la peau.
-Les voitures sont interdites dans l'enceinte de la ville,
-Aujourd'hui, toujours photographiée et peinte, la ville n'offre pas moins de 12 galeries où s'exposent des oeuvres très recherchées
Où se loger :
-Dar Mimosa
En toute saison. L'emplacement : Central au coeur d?un parc arboré.
Les tarifs : sur demande
Attraits particuliers : Chaque suite est une villa.
Adresse : Route d'Agadir
Tel : 212-044 47 59 34
  Mail :< mimosas1@iam.net.ma  >
-Le Sofitel : En bord de mer : 109 chambres et 8 suites. Thalassothérapie.
-Riad Les Terrasses : 2, rues Mohamed Diouri
Tel : 212 44 47 51 14. Fax 212 44 47 51 23.
P.S Textes et photos: anne antomarchi. Si vous voulez utiliser les photos elles sont disponobles en haute résolution sur demande. Merci








Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Antomarchi Anne 11/12/2012 14:03


Bonjour Paul, merci pour votre message, Essaouira me fait toujours rêver..j'tais allée en taxi depuis Marrakech.. merci pour les infos, bon à savoir qu'il existe des taxi à plusieurs
places..àbientôt, je vais visiter votre site. Anne

paul 11/12/2012 11:44


Depuis la parution de cet article Essaouira s'est éveillée :) C'est une destination fraicheur très prisée depuis Marrakech. L'air marin, la médina, la plage pour un séjour farniente de quelques
jours ou plus. Pour se rendre à Essaouira réservez un taxi d'Essaouira, le chauffeur un suiri pourra répondre à vos questions et vous déposer au plus près de votre point de chute à Essaouira.
Pour vos transferts de et vers Essaouira réservez sur essaouirataxi.com avec ses 3 véhicules climatisés récents pour 8, 7 et 6 passagers.

labib 22/05/2009 23:40

bonsoir!  merci pour votre fidélité a la ville d essaouira.

Cindy de Seriousguide 10/12/2008 09:54

Bonjour Anne,Merci pour votre réponse favorable et pour vos précisions quant aux bijoutiers ! Effectivement vous semblez faire de nombreux voyages... Votre proposition est intéressante. Si vous le souhaitez, envoyez-moi votre adresse mail à documentation[at]seriousguide.fr. Je transférerais vos coordonnées aux personnes du service approprié.Amicalement,Cindy 

anne Antomarchi 05/12/2008 19:36

Bonjour CindyOui vous pouvez me citer comme source, j'ai acheté moi même un collier. Vous trouverez au moins deux bijoutiers de grande qualité...Sur la place avant même de rentrer dans les Souks..Je voyage à travers le monde je fais 8 voyages par an dites moi si je peux collaborer. à votre Guide, j’ai un grand choix de photos...la Chine Y compris... Tout loin de là n'est pas sur mon blog--J'habite à Montréal, et je suis originaire de la Corse.Bonne fin de journée,Anne Antomarchi/journaliste/réalisatrice.PS: Comme source: Anne Antomarchi/journaliste/réalisatriceWeb: http://anne-antomarchi-autour-du-monde.over-blog.net