Razgovor

par Anne Antomarchi  -  4 Juillet 2006, 16:38  -  #Voyages- Art et Société.

Bonjour, 
                                                     
Je viens vous parler du documentaire " Razgovor", de la ville de Saint Petersbourg, splendide en toute saison et des témoignages de certains voyageurs du 18e siècle, conquis par la cité.
Un aventurier chez les Tsars, Savez vous que...

Casanova arriva à Saint-Petersbourg en 1764, sous le prétexte d'introduire en Russie l'industrie de la soie. Il échoua dans ce projet mais fréquenta la haute société, vantant en vain à Catherine II les avantages du calendrier grégorien.
 ...
Je crois n'avoir rien dit de cette ville tant célèbre aujourd'hui, et dont l'existence me paraït encore aujourd'hui précaire, quand j'y pense. Il fallait un génie comme celui de ce grand homme qui se plaisait à donner des démentis à la nature pour penser à bâtir une ville qui devait devenir la capitale
de tout son vaste empire dans un endroit dont le terrain ne peut pas être plus ingrat aux travaux de ceux qui s'obstinent  à vouloir le rendre propre à soutenir les palais qu'on y bâtit tous les jours en pierre à des frais énormes. On me dit qu'aujourd'hui cette ville est déjà adulte, et  gloire soit à la grande Catherine, mais dans l'année 1765 je l'ai vue encore dans l'enfance. Tout me paraissait ruines bâties exprès. On pavait les rues avec certitude qu'il faudrait les repaver encore six mois après. Je voyais une ville qu'un homme pressé devait avoir fait faire à la hâte; et  effectivement le Tsar en est accouché en neuf mois. Mais ces neuf mois furent le temps de l'enfantement; l'enfant avait peut être été conçu beaucoup de temps auparavant. En contemplant Petersbourg je réfléchissais au proverbe: Canis faestinans caecos edit catulos- Mais un moment après, admirant le grand dessein, je me disais, pénétré de respect: Diu parturit leaena sed leonem. Dans un siècle d'ici je pronostique Pétersbourg superbe mais relevé au moins de deux toises, et pour lors les grands palais ne tomberont pas en ruine faute de pilotis. On proscrira l'architecture barbare qu'y portèrent les architectes français faits pour bâtir des maisons à des marionnettes; et M. Beskoi, homme d'esprit d'ailleurs, n'existera plus pour donner la préférence sur Rastrelli et sur Rinaldi à un La Mothe parisien qui étonna Pétersbourg en fabriquant une maison
de trois étages où l'admirable, selon lui, était qu'on ne voyait et on ne pouvait deviner où étaient les escaliers,
Signé: Casanova, dans "Histoire de ma vie" Dès le XVIIIe siècle, les voyageurs européens commencèrent à affluer  vers Saint-Pétersbourg, attirés par le prestige et le mystère de cette ville. Catherine II ne put jamais y faire venir Voltaire, mais elle eut pour hôte Diderot, qui n'a guère laissé de témoignage intéressant sur son séjour, tout occupé qu'Il était de réformes politiques.
Certains venaient pour y travailler, comme Elisabeth Vigée-Lebrun, d'autres pour observer, comme Custine, d'autres pour s'amuser, comme Alexandre Dumas. Tous furent frappés d'étonnement, la plupart conquis.
Aujourd'hui: Saint-Petersburg (5 millions d'habitants) fait partie des plus grandes villes septentrionales du monde; située à proximité du cercle polaire, la ville resplendi de beauté;
 "L'harmonie de son architecture, ne se laisse pas distraire par des combinaisons imprévues ou fantasques, elle s'impose d'emblée par l'ampleur du décor et la rigueur des ordonnances ». Certes De toutes les grandes capitales de l'Europe, Saint-Pétersbourg est probablement une des plus belles. Des le premier coup, d'oeil le visiteur est frappé, par les vastes perspectives, les ciels immenses, et par la magnificence de son paysage fluvial : Dans le miroir bleu de la Neva, les superbes bâtiments se reflètent, à toute heure du jour. À l'horizon : aucune dissonance. «  Les motifs, architecturaux entre ciel et eau,  sont de puissants accords qui s'amplifient et se prolongent, comme les voix d'un choeur qui chantent à l'unisson» Signé:
Brodsky Écrivain.
Description du documentaire. Durée : 3X49m25s-Vidéo
Titre : «RAZGOVOR» «Tard dans la nuit»
Première partie intitulée: «Contraste» Chaque partie se lit comme un tout--Deuxième partie : Espoir- Titre troisième partie : Avenir. Produit et réalisé par: Anne Antomarchi.
Introduction: "Dans le secret de leur cuisine, le soir lorsque les enfants dorment, les russes aiment à se raconter, une habitude prise sous l'Ère Soviétique, lorsque certaines choses ne pouvaient se dire au grand jour. Aujourd'hui encore ils aiment ces rencontres qui s'éternisent jusqu'aux aurores": C'est le "Razgovor"
Ce lointain pays qu?est la Russie quasi inconnue du grand public, mérite que l?on découvre ses artistes d?aujourd?hui. Je dirais que les Russes sont souvent présentés comme des gens durs et corrompus, sans doute est-ce vrai pour quelques-uns d'entre eux, ceux qui aiment le pouvoir et l'argent par-dessus tout mais pas plus que dans un autre pays.
Malgré leurs conditions de vie difficiles, on sent chez eux une fierté et une grandeur particulière.
Les Russes qui vivent des difficultés, sont dignes. je peux dire que rarement ils provoquent la pitié. C'est en cela que l'âme russe m'a le plus profondément touchée. On dit «la Russie éternelle» c'est dans cette fierté et dans cette dignité que j'ai ressenti ce sentiment d'éternité. C'est cela aussi cela que je voudrais traduire.
L'art sous toutes ses formes fleurit à Saint-Petersbourg; La passion de la musique classique, qui a traversé l'ère Soviétique malgré les contraintes, est aujourd'hui plus vivante que jamais.
Lorsqu'on est pauvre mais pas démuni, on peut vivre dans un Wagon, et être tout de même riche de rêves, cultivé, guide et poète.
Konstantin n'est pas un guide ordinaire, il est un poète des temps modernes; il nous fait découvrir les cours de Petersbourg en récitant des poèmes inspirés de ces longs parcours au charme certain.
Dans les cours de Petersbourg, on peut s'y perdre toute une journée sans jamais en sortir. Chaque cour est numérotée, on passe de l'une à l'autre par un porche, parfois fermé d'une grille en fer forgée, et fort jolie. Chaque propriétaire ou locataire possède une clé.
Les serrures ont un code confidentiel; elles sont très sécuritaires. Il faut savoir que toutes les entrées de ces grands immeubles de Petersbourg se font presque toujours par l'arrière de l'immeuble.
La longue façade est percée d'un ou deux porches qui donne accès à la première cour ou à une suite de cours communiquant les unes avec les autres. En ces lieux, des portes numérotées accèdent à des escaliers qui mènent aux étages. Les escaliers sont de pierre.
Les garages accueillent les voitures des résidents. Souvent la cour arrière prend des allures de jardins d'enfants, avec le carré de sable et la balançoire sur le gazon à l'ombre de quelques arbres. Ce qui étonne c'est l'immensité de ces cours. C'est comme si la ville de Pétersbourg était multipliée par deux.
Les élégants ascenseurs extérieurs en verre se profilent le long des murs car un règlement interdit la construction d?ascenseurs à l'intérieur de tous les immeubles anciens. L'architecture en est ainsi préservée.
C'est là que bat le coeur de la ville. Avec le temps, qui passe,  lorsque la façon de vivre change à la lumière des jolies façades colorées, les cours, elles aussi changent. Konstantin nous raconte en vers tous les secrets que ces murs n'ont pas oubliés. Ils nous semble parfois entendre des chuchotements... les joies et les peines de tout ce monde qui vit là, silencieux, curieux et hospitalier.
La visite des cours de Petersbourg où la ville vue de l'intérieur est un prétexte pour Konstantin pour y dévoiler, dans cet espace clos, la vision de sa propre «existence»
«L'art »est objectif, en se sens, j'ai privilégié une approche artistique et  symbolique, m'inspirant de certains films, de cinéastes russes, qui ont plusieurs degrés de lecture. Le choix du style en architecture: Ce n'est pas par hasard que «l'Art Nouveau» est très présent dans «RAZGOVOR», Tard dans la nuit"; présent par la couleur de l'introduction, présent aussi par le style du lettrage typique de cette période. Le deuxième personnage, un architecte, nous mettra en présence de plusieurs bâtiments de style Art Nouveau. L'art nouveau était très populaire sous le dernier TSAR, il était le symbole qu'une certaine «liberté» voyait le jour. Suite à la révolution, sous l'ère Soviétique cet «Art»fut méprisé, banni, car le style Art Nouveau est le style par excellence de la création personnelle. Sous Lénine et Staline, le sens de la «Collectivité» primait sur l'individualité de la personne et il était formellement défendu d'exprimer des goûts «personnels», et de se distinguer les uns des autres. La plupart des artistes et des écrivains ont vu leurs oeuvres censurées, détruites, transformées ou totalement ignorées. Aujourd'hui en ces «temps nouveaux»post soviétique, en restaurant les bâtiments Art Nouveau, ces artistes disent au monde entier qu?ils sont enfin libres de se distinguer.
Pourquoi la musique est importante dans RAZGOVOR? Parce qu'elle est importante pour les russes, ils vont au concert en famille, les enfants sont habitués des leur jeune âge à accompagner leurs parents au concert, à l'Opéra, on écoute de la musique classique même dans les milieux moins nantis et ouvriers. Et il se trouve que la musique classique me parle à moi aussi.                              
Synopsis  :
Des artistes de tous âges et de professions différentes, à travers leur art nous proposent une réflexion sur la société dans laquelle ils évoluent.
Les personnages sont :poète, architecte d'intérieur, haute couture, un joaillier. Un chef cuisinier français  est pris au piège: Il personnifie à lui seul, le regard critique et presque toujours négatif de celui qui trouve que rien n'est jamais aussi beau qu'en France et que« tout va mal en Russie» un petit suspens jusqu'à la salle à manger Art Nouveau Nouveau» qui est véritable une splendeur!. ......     Konstantin, Guide et Poète.
Ces personnages jouent leur propre rôle avec simplicité et générosité; riches d'une expérience vécue, ils ont en partage l'amour de l'Art, peu importe qu?ils soient riches ou pauvres. 
« Le Concert »est le ciment de ce parcours en demi teinte sur la cité où selon Andreï Makine, à «Pétersbourg, la vie matérielle est transcendée par le beau», un film de création portant sur des sujets de société vu à travers l'art où s'imposent un regard d'auteur intense et pudique à la fois. Avec le concours de l'orchestre du conservatoire de Saint Petersbourg.
Alexandre,l'architecte: L'art nouveau de Saint Petersbourg s'est approprié certaines formes et décorations du style classique, tout en niant la philosophie de ce dernier. Si on parle de l'art nouveau pur, philosohiquement pur, on parle de Lidval, Benois. L'Art Nouveau de Petersbourg se caractérise par une influence nordique. Le Pont de Pierre Legrand, est inspiré du style Nordique, c'est un style lourd, romantique qui nous réfère au moyen âge.
Ce qui le distingue le Pont Pierre Legrand des autres ponts, de Saint- Petersbourg c'est la complexité de la technologie utilisée. Quand j'étais étudiant à l'université, ce style était considéré de mauvais ton; et à l"époque soviétique, il a été ignoré, oublié ou transformé. Il était vu comme un style bourgeois et décadent. La première raison de ce mépris c'est que ce style est très personnel et ce qui était personnel à l'époque soviétique, n'était guère apprécié. -Au début du 20e siècle, Pierre Le Grand était déjà l'Histoire, et il n'y avait pas un seul pont à son nom. On l'a nommé ainsi, ce fut une décision politique. Le Marché Elisseïevsly
"Ce bâtiment est très intéressant : La famille Elisseyïev, s'est lancée dans le commerce, au milieu du 19e siècle. À la fin du siècle, ils avaient projeté de construire le plus grand magasin de l'Empire. Il paraît que c'est eux qui ont eu l'idée en Russie du premier «supermarché!»Pour réaliser cette idée, ils ont invité l'architecte Baranovsky à réaliser ce projet. Il est intéressant d'apprendre qu'on a demandé à cet architecte, de réunir dans un seul bâtiment, un théâtre et un supermarché. C'est pour cette raison que pour réaliser le plus magnifique magasin de tout l'Empire russe, l'architecte devait insister sur une décoration très élégante!
Le Pont Pierre Legrand un jour de pluie. 
 
Alexandre Architecte.


Alexandre n'est pas seulement un passionné de l'Art Nouveau, il est aussi un créateur génial. Sur le sol on admire des détails éblouissants, comme cette magnifique balustre dessinée par lui....à suivre. ...faut voir le documentaire.                
L'introduction du film est le début d'un concert à St Petersbourg. Dans les coulisses : des Musiciens qui pratiquent changent de costume, s'installent et ça tourne! Le film est construit en une suite de scènes de cinq portraits. La continuité du film est assurée premièrement par le concert, deuxièmement par le lien qui uni tous les personnages : l'Art, la créativité.
-Chaque portrait est encastré dans la trame du concert. Les musiciens nous font voyager d?un artiste à l?autre, en traduisant les sentiments exprimés par des images ou vécus par les personnages. Sans être présent en permanence, le concert est le fil conducteur. -Ce qui les lie les personnages enfin, est le regard qu'ils portent sur leur vie.
-Les portraits sont construits ainsi :
-Arrivée dans le milieu de l'invité : l?intimité de sa maison, ou dans son lieu de travail. ?
-L?invité est présenté par son nom
-L?entretien qui permet de présenter différentes facettes de Petersbourg.
La musique porte les images dans tous les moments du film.
-Le montage anime avec dynamisme photos et plans en rythme avec la musique.
-L'habillage électronique, quoique sobre, s'inspire de «l'Art Nouveau».
Une grande partie de l'Architecture de Pétersbourg, témoigne de ce style (milieu du 19e et début du 20e) L'Art Nouveau, bien que considéré comme décadent sous le régime Soviétique, était présent à Saint Petersbourg sous le régime des tsars. Aujourd'hui il semble que l'on prend les choses là où elles s'étaient arrêtées. On rénove ces bâtiments qui sont très recherchés.-S'y intègre également un contenu plus historique par la vie des personnages et par leur profession. Ceci permet de comprendre non seulement à quoi ressemble la vie sociale et culturelle de St. Petersbourg mais aussi pourquoi elle s'est développée ainsi. Je propose par le biais de ces artistes, une réflexion sur la société de Petersbourg dans un style actuel et  accessible à tous. Il en résulte que cet amalgame de contenus et de style propose au spectateur une immersion totale dans l'univers russe du Petersbourg d'aujourd?hui
La salle à manger du Grand hôtel Europe               
Loger chez l'habitant à Saint Petersbourg? oui c'est possible. J'ai logé ce mois de juin chez une dame qui louait deux chambres: J'avais une très belle chambre, dans un bel immeuble de l'époque Stalinienne ; ces immeubles sont aujourd'hui très recherchés: Madame Éléna Gontcharova demande 30 euros par jour avec les trois repas.  Excellente cuisinière, je me suis régalée. Elle fait les meilleurs pirojski de la ville! Adresse 126 Moskovosky Prospect, en ligne directe avec le Métro jusqu'au centre. Son numéro de téléphone seulement sur demande. dans vos commentaires. À ma prochaine visite j'aurais des photos à vous montrer de l'appartement.
À bientôt, je reviendrais avec d'autres sujets: St petersbourg, et les environs, Moscou, Novgorod etc.. etc..envoyez moi vos commentaires s'il vous plait
La belle cheminée de briques des cours de Saint Petersbourg.
La cathédrale Saint Sauveur sur le Sang Versé.


anne Antomarchi 28/02/2009 18:20

Bonjour ceci est une réponse à estelle et cedric je vais retrouver le téléphone de madame Goncharova, c,est un très bel appartement elle loue deux chambres -si tu veux écris moi à penta@citenet.netelle cuisine très très bien, les déjeuners sont copieux, elle parle suffisament français pour ce faire comprendre.. avez vous une invitation pour avoir votre visas? dis que tu viens de ma part. Saint Petersbourg, c,est une splendeur! j'y vivrais.. donc j'attends ton courriel. Anne 

estelle 28/02/2009 18:01

bonjour,Nous souhaitons nous rendre au mois d'aout à ST PETERSBOURG et nous voulons vivre au contact de la population Nous opterons donc pour l'hebergement chez l'habitant J'ai retenu l'adresse d'Elena Gontcharova sur votre blog et par conséquent souhaiterions obtenir son n° de tel Quelle langue parle t-elle ?Avons-nous des chances de nous comprendre ?Nous parlons le français et l'anglais Avez-vous des photos de l'endroit ?Votre site encourage vivement à visiter cette ville Nous comptons sur votre réponse Estelle et cecric

Lionne du Nord 02/09/2006 00:01

Le printscreen c'était pour te montrer ton url de blog... je vouklais juste que tu regardes.Pour ton lien dansles commentaires, je vois que quand je clique dessus, j'arrive sur page inconnue car mon url de blog arrive en premier lieu et ton blog ensuite... c une erreur ça. Tu dois corriger, sinon tous ceux que tu visitent autont leur url de blog en premier et devront corriger à la main comme je le fais.Si tuveux changer de modèle, il faut t'assurer de choisir un modèle compatible. En général les modèles de classe 100-101.... sont compatibles entre eux mais les 100 ne sont pas compatibles avec les modèles de classe 200 et +.Tu trouveras toutes les informations nécessaires sur le forum. Va visiter la FAQ et si tu ne trouves pas, crée un fil dans la rubrique aide, il y a plusiques modos et aidants spécialistes dans ce domaine qui t'aideront avec plaisir.Je peux aider unpeu dans les commentaires, mais ce n'est pas vraiment l'endroit idéal.Bonne continuation!

Lionne du Nord 01/09/2006 18:24

Voilà, je t'ai fait un printscreen:

Lionne du Nord 01/09/2006 17:58

http://anne-antomarchi-autour-du-monde.over-blog.net/