La Corse par d'autres chemins

par Rasgovor  -  2 Avril 2007, 21:40  -  #Voyages- Art et Société.


La Corse, la plus proche des îles lointaines, est l’île du lieu rêvé. 
« L’île use de filtres les plus divers pour laisser sur ceux qui viennent à elle, une fascination qui leur enlève jusqu’à la croyance qu’ils peuvent à leur gré repartir » Pierre Benoît .

Par Anne Antomarchi
Fichier hébergé par Archive-Host.com

L'origine:Fichier hébergé par Archive-Host.com
On ignore d’où vient son peuplement originel, mais la plupart des pénétrations se sont faites par la mer Tyrrhénienne.
La légende dit, qu’une femme appelée « Corsa » est arrivée la première sur l’île, pourtant c'est la dame de Bonifacio, datant de 6 570 av JC, morte à 40 ans, qui est le plus ancien reste humain attesté de Corse.
Convoitée pendant des siècles par les Italiens et les Maures, à la fin du premier millénaire, l'île de Corse se présente comme le creuset à la fois exceptionnel et unique de trois civilisations méditerranéennes : romaine, chrétienne et Arabe qui, toutes, une fois dans l'île, n'ont cessé de s'interpénétrer pendant des millénaires. Elle est officiellement rattachée à la France depuis 1768.


Villages secrets de la Castagniccia.
Fichier hébergé par Archive-Host.com


Dans cette île transparaît toute la félicité du monde » « Pierre Benoît »   
Fichier hébergé par Archive-Host.com
"Sur une étendue somme toute assez restreinte, écrit-il, comment ne point être confondu par une aussi vaste diversité"
Fichier hébergé par Archive-Host.com
Partir à la montagne le matin, à la plage l’après-midi, pêcher dans l’eau pure d’une rivière, naviguer à la voile, faire de la randonnée au coeur du  sentier GR-20, un des plus beaux au monde, admirer sa faune et sa flore incomparables, ses criques sauvages, secrètes, c’est possible. Fichier hébergé par Archive-Host.com
Mais rien ne vaut la découverte de ses villages authentiques et séculaires, ils ont préservé leurs traditions, pittoresques, ils sont beaux, ils sont l’âme de la Corse.
Havre de paix, la Castagniccia, se cache dans ses montagnes. Sur la carte, elle en est le cœur, des routes sillonnent et convergent vers Bastia, capitale de la haute Corse, Corte, Aléria et Ponte-Leccia.
Fichier hébergé par Archive-Host.com
Elles conduisent vers une concentration de villages comme on en trouve nulle part ailleurs sur l’île. C’est l’automne en Castagniccia, cent villages et hameaux hauts perchés semés d’églises baroques et romanes émaillent les crêtes des monts en dentelle.
Dans la sombre châtaigneraie, lorsqu’une vapeur bleue prend en écharpe les clochers dressés sur des  pitons rocheux et les toits en lauze, le paysage en mouvement est d’une exceptionnelle beauté
Fichier hébergé par Archive-Host.com

La Castagniccia s’est peuplée à l’époque où les pirates Barbaresques (Maures) faisaient régner la terreur en Corse. Trois siècles durant les barbares vandales, ostrogoths et lombards ravagent les côtes, et achèvent de dépeupler le littoral. Pour décourager leurs expéditions les Corses terrifiés ont perché leurs villages sur les falaises et les éperons de l’arrière-pays faciles à fortifier; ils ont conçu des villages d’où ils pouvaient voir arriver le danger.
Ainsi Vescovato, Penta di Casinca, Loreto, Catellare et Porri sont des balcons accrochés au-dessus de la plaine orientale d’où l’on peut surveiller toute la côte, la mer entre Borgo et Bastia. La vue depuis ces villages est à couper le souffle!
Fichier hébergé par Archive-Host.com
Vue sur Vestolasca et sur le littoral depuis le village de Penta di Casinca.

Fichier hébergé par Archive-Host.com
La montagne est donc un refuge, avec il est vrai, des conditions de vie difficiles car les terroirs et voies d’accès demandaient des aménagements complexes. Malgré tout, ces pitons présentaient moins de risques que le littoral, même équipé de tours de guet protégeant les petits ports, tel Calvi, Bastia. Aujourd’hui, les principaux attraits de ces villages sont la beauté de leurs sites, les traditions agricoles et pastorales toujours bien vivantes. Véritables nids d’aigles, ils sont les gardiens de l’esprit de l’île au cœur d’une montagne qui représente un capital de beauté et une réserve de vie naturelle.
Fichier hébergé par Archive-Host.com
La route épouse le relief.
Fichier hébergé par Archive-Host.com

A regarder les routes en lacets qui épousent la montagne, on pourrait imaginer que ces routes sinueuses sont impraticables. On y chemine pourtant paisiblement à travers la forêt, de village en hameau, distancé l’un de l’autre d’à peine 10 ou 20 kilomètres et de 1 à 2 Km à vol d’oiseau.
 Fichier hébergé par Archive-Host.com
Le Village de ma grand-mère: Casalta en Casinca. Photo prise au couchant en descendant vers Silvareccio di Casinca.
Depuis la place de chaque village, on plonge de l’autre côté du vallon où d’autres clochers sont la promesse de belles découvertes. Maisons collées les une aux autres, enroulées autour de leurs églises, rues pentues, escaliers étroits, voûtes débouchant sur des placettes insoupçonnées, témoignent de l'âpre réalité de ces pièves (paroisses) de montagne, leur repli hivernal sur elles-mêmes, la solidarité pour la survie.
Dans ce règne de l’ombre et de l’eau, des châtaigniers centenaires, des chênes, des aulnes, et des hêtres, des sources, et des torrents fougueux.  Alors que le reste de la Corse est plutôt sec, cet océan d’émeraude et d’or, distille ici un micro climat magique. Un royaume vert, où seul le vent dans les fougères rouillées froisse le silence. Au loin, le son d’une clochette annonce un troupeau de chèvres, elles caracolent dans le maquis odorant aux buissons rougis, grimpent sur les rochers, broutent la mousse et les lichens encore tendres.
À suivre........la suite dans quelques jours.
Remerciements à la Maison de la France à Montréal et à l’Agence touristique de la Corse; des guides remarquables ont su me faire découvrir la Corse avec talent.
Merci à la compagnie Air France. Voir les liens directs sur le site dans la colonne de gauche.

Sans oublier, mes amis de toujours Maryse, Lucie, Jean, Marcel, Marie-Pierre, Charles.

La suite dans une semaine. Nous verrons: La Corse pays de culture- Et La Balagna. De très beaux hôtels, et des maisons d'hôtes. N'oubliez pas de m'adresser un commentaire pour m'encourager. Et de voter pour mon blog- Sur la collonne de droite il y a: voter pour ce site. Merci beaucoup,
Anne

Quelques autres découvertes:

Le vieux port de Bastia très tôt le matin:
Fichier hébergé par Archive-Host.com

Vue du port depuis la Citadelle de Bastia.
Fichier hébergé par Archive-Host.com

D'autres voiliers dans le vieux port de Bastia.
Fichier hébergé par Archive-Host.com

Un artiste musicien et artisan incomparable à découvrir: Monsieur Christian Magdeleine: Luthier à Bastia.
Fichier hébergé par Archive-Host.com

Les fenêtres de l’atelier de l’artisan s’ouvrent sur la place Guasco, à l'intérieur même de la Citadelle de Bastia; ombragée de platanes, elle est un havre de fraîcheur; je vous invite à lui rendre visite, il est passionné part son art.
Voici comment il se présente.
Je me passionne très tôt pour la guitare classique, et consacre cinq années à l’étude de cet instrument. De sa pratique me viendront progressivement l’idée, puis le projet de devenir luthier. J’enchaîne en 1982 stage et CAP d’ébénisterie dans l’attente de concrétiser plus tard mon rêve ; celui-ci deviendra réalité en 1985 grâce à un apprentissage de 2 années dans l’atelier de Bruno Perrin, facteur de guitares. 
De retour à Bastia, j’ouvre mon atelier en 1991 au cœur de la citadelle. Je vais y élaborer mes premiers instruments, mêlant intuition et réflexion, afin de modeler la sonorité que je recherche. Très attaché à la guitare classique, j’ai fait de la corde nylon mon domaine de prédilection, développant différents modèles classiques, électroacoustiques ou jazz.

 J’ai d’autre part exploré différentes pistes d’évolutions techniques pour un instrument traditionnel corse : « A cetera », disparue au début du XXe siècle et réhabilitée dans les années 1970 par les travaux de l’association « E voce di u cumune ». Je me suis attaché à façonner une version moderne à cet instrument, contribuant ainsi à la réinsertion de ce cistre du XVIIe siècle dans la musique d’aujourd’hui, aussi bien en Corse qu’à l’extérieur de l’île.

En relation avec la phonothèque du Musée de la Corse, j’ai réalisé sur la cetera différents travaux de recherches historiques et organologiques. J’interviens régulièrement en restauration sur les instruments des collections du musée. J’ai également entrepris de relever minutieusement les cotes de tous les instruments d’époque répertoriés afin de constituer une banque précise de données sur la cetera et alimenter la réflexion de ceux qui s’intéressent à l’instrument.

Membre du bureau de l’UNFI, je reste en étroit contact avec l’environnement de la facture instrumentale en France et participe à certaines initiatives associatives et professionnelles (stages de formation technique, correction d’examens, contributions à diverses réflexions sur la profession…).


Depuis 2002, je suis également investi dans l’action syndicale et consulaire en m’occupant plus particulièrement du secteur des métiers d’art en Corse.
En 2004 je suis nommé délégué SEMA (société d’encouragement aux métiers d’art) pour la Corse.
Coordonnées:
Christian Magdeleine
Luthier Guitares et Cetere
Christian Magdeleine
LIUTERA 2 Piazza Guasco - Terra Nova
20200 BASTIA - CORSICA

Tel/Fax: (33).04.95.31.78.99
E- mail: christian.magdeleine@wanadoo.fr
Web: http://www.liutera-magdeleine.net/
Fichier hébergé par Archive-Host.com

L'église Saint-Jean domine le port de Bastia.

Je vous dit aurevoir, les yeux vers l'horizon....
Fichier hébergé par Archive-Host.com




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Antomarchi Anne 16/08/2011 20:53



Bonjour Jean Claude, merci beaucoup pour votre commentaire, c'est très gentil. Je vais parcourir votre site. Au plaisir de se rencontrer l'année prochaine?



Jean-Claude MORATI 16/08/2011 19:41



C'est dans la Corse Hebdo du 11/08/2011 qu'il m'a été donné de découvrir Anne Antomarchi, originaire de PORRI ; ce village cher à mon coeur est aussi celui de ma mère, Feue Françoise Albertosi,
épouse de Feu Marius Morati, où j'ai passé chaque été de mon enfance un à deux mois dans la maison de famille à Panicale, car la relative fraîcheur de la Casinca convenait davantage à mon
père, originaire de Casaglione en Cinarca où la chaleur était accablante.  L'article consacré à Anne Antomarchi nous présente une personnalité d'une curiosité exceptionnelle, passionnée
d'art et de culture au sens le plus large. Aussi je me permets de l'inviter à visiter mon site internet www.morati.eu susceptible d'intéresser, par le
truchement de mes ouvrages, tout corse vivant loin de son île mais y demeurant passionnément attaché.


Bien cordialement à vous.


Jean-Claude Morati


 


 



Renaud Laforgue 14/08/2011 20:31



Bonsoir,


bravo pour ces très belles photos de la Casinca.


Je me permets de vous informer qu'il existe un autre site (que celui que vous mettez dans la colonne de gauche)  sur Porri :  http://www.porri.eu.


Amitiés



Razgovor 14/08/2011 20:36



Bonjour cher monsieur Laforge et merci pour votre commentaire, je m'en vais visiter cet autre site de Porri, qui est mon village le connaissez vous?


 



iviu 30/10/2008 18:17

Bonjour tres belles photos  SILVARECCIU et CASALTA ne sont pas en casinca mais en AMPUGNANI

Antomarchi Anne 15/09/2008 05:19

Bonjour Alexandre Antomarchi, comment puis je te rejoindre? merci de répondre, Annepenta@citenet.net