Moscou, la Belle aux cent Coupoles

par Rasgovor  -  13 Septembre 2006, 22:08  -  #Voyages- Art et Société.

Son charme n'est pas dû seulement aux palais et aux larges avenues rectilignes, mais aussi à ses petites rues, ses passages et ses impasses pittoresques. Moscou, touchante comme l'extravagante cathédrale Basile-le-Bienheureux illuminant la place Rouge. Moscou, magique comme son Kremlin que Blaise Cendrars décrivait ainsi dans sa Prose du Transsibérien: «Le Kremlin était comme un immense gâteau Tatar croustillé d'or»...Moscou, sauvage et capitaliste sur la Prospect Tverskaya, où le luxe est la seule valeur et l'argent le seul tsar. Moscou, intime et recueillie au monastère Novodievitchi
Fichier hébergé par Archive-Host.com




Le Monastère Novodievitchi: Aujourd'hui, on y vient pour la chorale du dimanche matin, pour retrouver une paix intérieure. Ce dimanche-là, le mercure affiche -15 degrés et la neige recouvre de magie la ville entière.


Par  Anne Antomarchi


Moscou -- Après huit heures de vol, comment éviter Shemeretievo ? La Russie offre un contact désagréable avec son aéroport : néons blafards, queues interminables...
Mais aujourd'hui, les locaux sont mieux aménagés et le service est efficace : les formalités douanières et la sécurité sont vite expédiées. Moscou, froide et glissante en ce jour de mars, hésite entre la neige et la pluie; elle se découvre par l'interminable Leningradsky Prospect qui transporte le touriste curieux au coeur de la capitale.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

La circulation est infernale, un flot ininterrompu de voitures sur plus de huit voies qui viennent se jeter au pied du Kremlin.
 Fichier hébergé par Archive-Host.com

Depuis les imposantes murailles rouges rayonnent, tentaculaires, une dizaine d'artères qui traversent la capitale et continuent leur lancée vers les immensités slaves. Des autoroutes gigantesques dont certaines comportent jusqu'à 16 voies en pleine ville. La Russie enregistre sa huitième année de croissance et le nombre de pauvres y a diminué de 50 % depuis 1998. Les centres commerciaux poussent comme des champignons : 70 à Moscou, à raison de sept ouvertures en moyenne par trimestre. Le revenu moyen, de plus de 8000 $ par an, est une fois et demi plus élevé que dans le reste du pays. Résultat : les spécialistes du luxe se précipitent à Moscou.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

La Publicité qui cache le chantier de l'hôtel Moskva.

Des toiles géantes dissimulent d'importants chantiers, des grues, des échafaudages. En face de la place du manège, le Ritz Carlton a remplacé l'hôtel Intourist. À côté, une énorme pub cache le chantier Moskva. Le projet prévoit un hôtel cinq étoiles et un centre de loisirs. Inauguré en 1935, l'hôtel Moskva offrait une façade asymétrique : deux projets différents avaient été proposés sur une même feuille à Staline et celui-ci avait signé le document sans préciser lequel il préférait. Par crainte de représailles, le bâtiment a été construit en reprenant la moitié de chaque projet ! L'aspect du nouveau bâtiment sera identique à celui qui a été dessiné par les architectes de l'époque. Seule la façade donnant sur la place des Théâtres changera d'aspect. Il ne faut pas manquer de visiter le métro de Moscou, qui à lui seul vaut le déplacement. L'hôtel Rossia, jouxtant la place Rouge, construit en 1967, était alors le plus grand hôtel du monde. Il vient d'être démoli au profit d'un projet de 830 millions de dollars pour construire sur ce site de 13 hectares un complexe de plusieurs d'hôtels, dont la hauteur ne dépassera pas les bâtiments anciens voisins.
 Fichier hébergé par Archive-Host.com

La rue Varvaka retrouvera sa splendeur. Car rien n'est trop beau pour Moscou, qui fait feu de tout bois : d'ici 2015, la ville devrait se doter de près de 200 nouveaux gratte-ciel. Stué sur la Place Rouge, dans le magasin Goum, la boutique Louis Vuitton propose des sacs à plus de 6000 $. Il faut flâner sur l'avenue Tverskaya et observer les femmes russes : elles portent toutes un manteau de fourrure, elles sont maquillées, élégantes, les bras chargés de sacs à l'enseigne des plus grands couturiers : Chanel, Dior, Christian Lacroix ou encore plus simplement Zara.
Elles chaussent des bottes à talons aiguilles. Leurs talons claquent sur le granit des arcades du métro et sur le verglas qui recouvre les trottoirs mal entretenus en dehors des grandes avenues.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Les feux de la rampe attirent de riches clientes de tout le pays et chacune d'elles pourra dépenser mensuellement jusqu'à 3000 $ pour ses courses.
En mars, selon les caprices du temps, les trottoirs sont des lacs, des patinoires ou des mares de boue noire de pollution. Les voitures sont si sales que le maire de la Ville a passé une loi obligeant les propriétaires à laver leur véhicule; un grand ménage obligatoire sous peine d'amende sévère.
Côté gastronomie, Arkady Novikov, 42 ans, le restaurateur à succès de Moscou, règne sur un empire de 90 établissements dans la capitale et ses environs, tels les «Galeria», ouverts voici quelques mois, qui accueillent chaque soir la clientèle branchée de Moscou et servent 500 repas par jour. La ville offre un choix impressionnant de cafés avec terrasse au décor contemporain; on peut y manger simplement à prix abordable, mais le service est lent. Les restos de fast-food russes sont excellents, le décor y est typique, chaleureux.
Moscou s'offre aux bons marcheurs car les distances sont énormes. Et la marche est le moyen idéal pour découvrir la vieille cité. Mais il est facile de se déplacer en voiture : on tend le bras et en quelques secondes une voiture s'arrêtera devant vous. Lisez bien une voiture, pas un taxi. On négocie le tarif : pour 100 à 150 roubles, vous pouvez faire en voiture l'équivalent de trois heures de marche.
Le premier jour, irrésistiblement, on se dirige vers la place Rouge. Sur l'immense parvis désert, tôt le matin, par la porte du sauveur à gauche du musée de l'Histoire, le silence impressionne. Mirage féerique dans le ciel : les bulbes dorés, verts, bleus, bariolés de Basile-le-Bienheureux ont des allures de conte oriental.

Au café Internet de l'université de Moscou pendant la semaine de la Francophonie en mars 2006. Au Centre Moscou-Québec.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Moskva City
De quoi parle-t-on à Moscou aujourd'hui ? De Moskva City ! Né il y a quelques années, le projet est aujourd'hui en voie de réalisation. Conçues par des architectes allemands, les tours de la «Fédération» s'élèveront au coeur d'un quartier baptisé «Moskva City» situé au nord-ouest du Kremlin. Une station de métro, baptisée Business Center, a été récemment inaugurée.
Le projet «Fédération» se compose de deux tours asymétriques en béton et en verre, respectivement de 84 et 57 étages. Il a coûté 440 millions d'euros... Le tout combine bureaux, appartements et hôtel cinq étoiles, les tours se dressant au-dessus d'un socle commun. Au milieu des deux tours, une gigantesque aiguille perforée par des cages d'ascenseurs s'élèvera jusqu'à 440 mètres du sol. À leur base, les ascenseurs panoramiques seront enveloppés par un aquarium de 20 mètres de haut.
Enfin, c'est à l'architecte Norman Foster que sera confiée la construction d'une tour «écologique» de 600 mètres de haut, nommée «Rossia»; elle présente entre autres dispositifs des panneaux photovoltaïques qui fourniront une partie de l'électricité de la tour. De plus, les eaux de pluie seront récupérées. Une ligne de train reliera directement le projet aux aéroports.

À l'ombre des monastères.
De toutes les grandes capitales du monde, Moscou est l'une de celles qui changent le plus rapidement. Parallèlement, sa vie artistique est foisonnante: ses célèbres festivals attirent les  artistes du monde entier et la prodigieuse richesse de ses traditions inspirent de plus en plus les créateurs contemporains.
 Fichier hébergé par Archive-Host.com

Le monastère Novodievitchi fut construit en 1524 par le grand prince Vassily III.
C'est une véritable forteresse crénelée rose qui se dresse sur un méandre de la rivière. Le couvent a abrité plusieurs dames de l'aristocratie russe obligées de prendre le voile. Ses fresques et ses icônes sont les plus raffinées de Moscou. Elles datent du règne d'Yvan le Terrible.
 Fichier hébergé par Archive-Host.com

Ce dimanche-là, le mercure affiche -15 degrés et la neige recouvre de magie la ville entière.
À l'intérieur des remparts, rien n'a changé. Tout comme il y a 400 ans, les cloches tintent et les fidèles accourent à la messe. Ils avancent, le corps penché dans la tempête. La piété n'est plus le monopole des personnes âgées. On assiste à une véritable renaissance religieuse. La vocation monacale touche les jeunes femmes russes, mais il arrive que la famille entière rejoigne les monastères. La collégiale Notre-Dame de Smolensk, au centre, projette sa féerie sur les arbres aux branches noires, tordues par la tempête. Natalia, une jeune fille au regard bleu, ose

 Fichier hébergé par Archive-Host.com
quelques critiques sur la société moscovite. «Nous avons été tellement privés qu'à présent, chacun voudrait goûter à tout, accumuler de l'argent et se moquer de l'avenir.» Professeure dans une université prestigieuse, elle vit avec ses parents. Son père est prêtre. Natalia fréquente régulièrement les églises. «J'ai découvert un juste équilibre avec la foi. Nous sommes en train de tout reconstruire, pas seulement les palais, les routes et les églises, mais aussi notre âme. La quantité de signes de croix qui se font en un jour à Moscou est incalculable.

Fichier hébergé par Archive-Host.com »

En vrac
- Il faut un visa pour se rendre en Russie : http ://ottawa.rusembassy.org. Consulat de la Russie, 3685, av. du Musée à Montréal.
- Les chauffeurs de taxi accrédités ou pas vous solliciteront à l'arrivée : compter 25 à 30 $US. Négocier et régler la course avec des euros. Communiquer en anglais ou en français. On peut écrire le tarif proposé pour la course et montrer la rue sur une carte.
- À ne pas manquer : le Kremlin, une cité où palais et cathédrales abritent les joyaux des tsars; la place Rouge, domicile des marchands ambulants; la cathédrale Basile-le-Bienheureux; le métro, qui à lui seul vaut le déplacement; le Goum; le quartier Kitaï Gorod; Kolomenskoye, un site classé; la rue Tveskaya pour les vitrines des boutiques, pour voir et être vu; le café Margarita, référence au roman de M. Boulgakov; le monastère Novodievitchi; l'Arbat (piétonne) avec ses cafés-terrasses et ses artistes; le Bolchoï si vous êtes amateur d'opéra et de ballet; le musée Pouchkine; le musée Vladimir Maïakovsky, une étonnante mise en scène de la vie de ce poète révolutionnaire.
- Aux marchés aux puces d'Izmaïlovki (situé au métro Partizanskaïa, nouveau nom de la station) et de la station de train de banlieue «Mark», on trouve de tout. Des boutiques en plein air dont les charpentes en bois sont couvertes de toile abritent aussi de la brocante. Dépaysement garanti !
- Un rouble vaut environ 26 cents US.
- Oubliez le mois de mars pour y aller : le temps est maussade, pluvieux et froid, la neige sale, et avec les travaux, les rues ne sont pas vraiment praticables.

Quelques adresses
- La Maison centrale des écrivains, Povarskaya oulitsa, 50. Tarif : 1500 roubles.

- Le restaurant géorgien Dioskuria, rue Merzliakovski per, 2. Reconnu pour ses kebabs grillés et ses aubergines au poivre. 250 roubles.

- Le Elki-Palki près de la place Miousskaya. Menu à partir de 180 roubles.

- Le Grabli, un fast-food aux portions copieuses. Choix de plus de 200 plats. Au 62, oulista Bolchaya Grouzinskaya.

- L'hôtel métropole, un chef-d'oeuvre de l'art nouveau, et le National art déco. L'un en face du Bolchoï, l'autre en face de la place Rouge.

- L'hôtel Budapest, situé en plein centre, rue Petrovka, lui aussi près du Bolchoï, est un heureux compromis. 921-1266

- Pour louer un appartement ou loger chez l'habitant, voir HOFA, une association de professeurs d'université fondée il y a 14 ans. www.hofa.ru

Collaboration spéciale :
Ce reportage a été réalisé avec la collaboration de l'ambassade du Canada à Moscou et du Centre Moscou-Québec.
Édité par le quotidien le devoir le samedi et le dimanche 29 et 30 juillet.
À suivre: La Francophonie en Russie: l'aventure de trois artistes de québec et de Montréal à Moscou et à Saint-Pétersbourg.


Olivia Kroth 21/05/2010 11:41



Bonjour Anne,


 


Mosco est une belle ville, toujours fascinante, en été et en hiver comme le montrent tes photos.


 


Amicalement


Olivia






Razgovor 02/09/2010 05:29



Oui Olivia moscou est belle en tout temps, j'y retourne en Octobre..Anne