Un bouquet d'exotisme à l'état naturel... la suite

par Razgovor  -  29 Avril 2013, 05:36

Par Anne Antomarchi

La "Carretera Turistica"

De Puerta Plata à Santiago de Los Caballeros, la "Carretera Turistica", praticable malgré ses nids de poule, traverse la superbe cordillère où s'épanouissent les palmiers géants qui dépassent en hauteur tous les autres arbres, bananiers et caféiers.

La nature de la République Républicaine recèle de véritables trésors et de majestueuses montagnes parées d'une somptueuse forêt tropicale!

Le trajet dévoile de beaux panoramas sur les vallées de cannes à sucre. Étonnante, les immenses cocoteraies à l'ombre desquelles broutent de paisibles troupeaux de vaches et de moutons.

En haut, sur les montagnes, niche "La Combra." une mine d'où l'on extrait l'ambre datant de 35 millions d'années.

Noyées dans une végétation exotique, des habitations en bois bleu, vert, jaune sont de véritables poèmes avec leurs potagers bien entretenus et les volailles qui picorent en liberté.

Une lessive colorée flotte sur les clôtures de bois. Des étals de fruits et de légumes sont l'occasion d'une halte pour découvrir des fruits inconnus.

Les paysans, dont le salaire minimum mensuel est insuffisant, tirent un revenu substantiel de la terre.

Des boutiques offrent du tissage, des tableaux, des chapeaux faits de fins roseaux. Le laitier fait sa distribution de lait dans un hameau; à dos d'âne,

Un paysan coiffé d'une casquette rouge se hâte avant l'orage. Les Dominicains nous accueillent chez eux. L'électricité? Pas dans toutes les pièces de la maison, le fourneau à bois est à l'extérieur et l'ordinateur dans le salon sur une table décorée de dentelle.

Dans une cour d'école, un moment d'émotion, de jeunes enfants vêtus d'un uniforme beige et bleu, entonnent pour nous leur  hymne national.

Quelques 70 km plus loin, se situe la deuxième ville du pays: Santiago, très animée, où prospèrent les industries du rhum et du cigare; Santiago est aussi un centre culturel apprécié.

La vieille ville offres quelques vestiges des XVIIIE et XIXe siècles.

Le monument aux héros de la restauration:à Santiago

Ce jour là le ciel était de la partie!

Le brouillard est présent.

Sur Calle Del Sol, se dresse, du haut de ses 67eme mètres, loin des bruits de la cités, l'impressionnant monument de marbre, dédié aux Héros de la restauration de Santiago.

Le Centre Léon:

Gardien de la mémoire de l'île, le "Centre  Léon" propose la découverte de l'île à travers les  arts. Ici le hall.

Les oeuvres  de jeunes artistes Dpminicains...des talents incomparables,connus grâce à des concours initiés par le "Centre Léon" fascinent.

Un concept novateur qui fait cohabiter  dans un même lieu, l'art, la société dominicaine et les relations entre les ethnies.

La fabrication du tabac: ici le jardin:

À l'intérieur des hommes et des femmes s'appliquent à produire des cigares de renommés mondiale.

La qualité des cigares de la République Dominicaine est la deuxième après Cuba.

Vue sur la mer depuis le parcours du golf la Romana:

Ce parcours jouit d'une belle réputation auprès des amateurs de  golf du monde entier:

Safari:

Dans un tout ordre d'idée, "Monster Truck" propose une expédition à bord de camions,un parcours avec plusieurs arrêts.

Sur ces chemins de terre cahoteux, il est préférable de louer une voiture, ou de prendre un taxi pour plus de liberté d'action et être moins secoués.

Sur la terre rouge, abonde une campagne inexplorée et protégée: plantation de cacao, de bananes, de café, où vos plantes d'intérieur sont hautes comme des arbres; on compte déjà 8000 espèces endémiques qui n'existent pas ailleurs.

Toutes ne sont pas référencées. Un vaste espace où vivent en liberté paons, dindons, et autres deux pattes. Une palette de couleurs éblouissante et un bouquet d'exotisme à l'état naturel!

La  mangrove.

Rien de mieux que de faire une promenade en bateau sur des rivières « émeraude »au cœur des marais et découvrir la mangrove peuplée de palétuviers. À Rio San Juan, la lagune d’eau douce Grigri conduit jusqu’à la mer.

Lieu mystérieux, refuge de nombreux oiseaux, la mangrove est une formation de végétaux côtiers qui poussent sur le littoral des régions tropicales et subtropicales. La singularité et la fragilité de cette végétation sont attribuables à son habitat situé sous le niveau de la mer. Pour survivre, la végétation doit être inondée d’eau salée une ou deux fois par an. Sa forme et sa nature sont conditionnelles à deux influences et se développent grâce aux eaux de la terre et à celles des marées, avec toute la nourriture qui va avec.

Lors de brusques changements climatiques ou lorsque son habitat est bouleversé par des constructions, sa nature disparaît et avec elle une étonnante faune et flore aquatiques, ainsi que la protection des cultures agricoles, ce qui est plus inquiétant encore. La lagune Grigri est classée au Patri- moine mondial de l’UNESCO.

La Laguna Grigri:

Au port de la Laguna, une école de danse:  vue extérieur:

...des enfants de 4 à 14 ans se déhanchent sur les rythmes vibrants du meringué et du Bachata,

...tandis que d’autres inventent en Bandes dessinées aux des histoires rocambolesques.

La République Dominicaine n’en finira pas de vous surprendre. Ses majestueuses montagnes, ses forêts tropicales, ses falaises vertigineuses, ses fraîches cascades, ses vallées paisibles, ses musées et le sourire de ses habitants feront de votre voyage une véritable rencontre.

Histoire

L’île était le pays des Taïnos, originaires du Vénézuéla. Ils la nommèrent Grande-Terre (Quisqueya). Pacifiques, ils étaient 600 000, vivaient de la chasse, de la pêche, de l’agriculture, de l’art de la poterie. Colomb débarqua sur l’île en 1492, nomma l’île Espagnola ; plus tard des cartographes la nommèrent Hispagnola, petite Espagne. Il y fonda une ville nommée Isabela. À la suite d’un incendie, elle fut rebaptisée Santo Domingo.

Dans la cathédrale, de la première ville du Nouveau Monde, on célébra, en 1494, la première messe catholique.

Les Taïnos disparurent lors du génocide commis par les Européens durant la conquête. Plusieurs Dominicains continuent de se considérer Taïnos.

Environ neuf millions d’habitants occupent les deux tiers de l’île, partagée avec Haïti.

Remerciements à Air Transat et à l’Office du tourisme de Montréal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Anne Antomarchi 20/03/2014 14:03

Bonjour à l'administration d'Over blog:
Mon mari a été malade j'ai du être moins présente sur mon site.
Je souhaite que vous m'envoyez un message car mon ordi est resté en panne pendant plusieurs mois. Tout va mieux à présent... je voudrais ajouter d'autres récits... mais j'ai perdu plusieurs adresses Emails et celle de votre administration. je vous remercie Anne Antomarchi.